Antichamber

Comment résumer Antichamber ? Peut-être un puzzle game conçu par Escher…

Je ne l’ai pas encore fini mais je peux vous confirmer qu’il répond à mes attentes en terme de capillotraction. Bon, d’abord quelques détails qui fâchent : interface trop minimaliste, couleurs qui font saigner des yeux, jouabilité approximative… L’emballage n’est pas grandiose. Le jeu n’a d’intérêt à mon sens que pour ses énigmes alambiquées. Pour résumer le principe de nombreuses d’entre elles, ce que vous voyez à l’écran n’est pas forcément une représentation fidèle du monde dans lequel vous évoluer.

Le choix d’une vision à la première personne fait alors parfaitement sens pour s’imprégner de ce monde étrange. Quand je dis monde, je reste généreux puisqu’il ne s’agit que d’une succession de couloirs et de sas changeant au gré de votre progression vers une porte de sortie à ce labyrinthe proche de celui du film Cube (l’hémoglobine en moins). Un jeu qui vous divertira très probablement une heure mais plus par la découverte de l’univers que par son gameplay (à moins de 5 euros, ce sera honnête).