Shelter, premier simulateur de Mustélidés

J’avais une heure de libre et je me suis décidé à tester un « petit » jeu : Shelter. Qui n’a pas rêvé de s’occuper de petits blaireautins…

Shelter

… en tout cas, après avoir terminé ce jeu, on ressent de façon très claire le besoin de protection de sa progéniture. En effet, vous y incarnez une maman blaireau qui va devoir conduire ses petits hors de son terrier à la recherche de nourriture. Vous vous apercevez alors très rapidement que cette nourriture est éparse et donc que votre quête vous amènera à vous frayer un chemin dans une flore et une faune hostiles.

Au niveau graphique, comme vous pouvez le constater, on est sur des tons pastels. La représentation de la forêt et de ses habitants demeure pour le moins angulaire, sans pour autant être déplaisante. Sachez toutefois que chaque niveau a une patte graphique propre ce qui soulagera un peu la frustration de ne pas pouvoir régler la correction gamma.

shelter3

20 premières secondes de jeu : vous vous réveillez dans votre terrier et vous voyez 5 petits blaireautins qui s’agitent autour de vous… ah non seuls 4 s’agitent et le dernier est pâle et inerte. Vous essayez alors de cliquer frénétiquement pour provoquer une interaction salvatrice sur le petit corps mais rien ne se passe. La panique commence à vous envahir…

Shelter étant très court, je ne vais pas trop vous spoiler les mécaniques de jeu car elles contribuent beaucoup à l’ambiance de la partie, enrichie par une bande son particulièrement adaptée aux différentes situations. Vous aurez au final très peu d’actions possibles ce qui vous rappellera constamment à votre pouvoir limité dans cet environnement. Point important : pas de sauvegarde possible. Je vous garantie donc une implication de chaque instant, notamment quand vous entendez le cri d’un rapace au-dessus de votre tête.

La peur...

Les esprits mesquins pourront arguer qu’il ne s’agit finalement que d’un jeu de survie en milieu forestier. Ce à quoi je répondrai qu’il dispose d’un atout majeur, tenez-vous bien: pas de zombie ni d’entité démoniaque à votre poursuite ! Alors oui, le jeu est court mais la pureté de l’ascenseur émotionnel qu’il offre vaut vraiment le détour, il s’agit de quelque-chose que l’on voit trop peu souvent pour passer à côté. A noter la présence d’un second jeu (ou plutôt mode de jeu) appelé Nurture qui prolonge un peu la durée de vie.

Shelter est actuellement proposé à 10€ sur Steam et 7,49€ sur l’Humble Store.